Si ce message ne s'affiche pas correctement CLIQUEZ ICI
Décembre/janvier 2011 Volume 5, Numéro 1     english

Les antibiotiques sont-ils toujours nécessaires?

Dre Kim MacDonald, doctorante et Dr Greg Keefe, chercheur à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, ont validé une technique d’identification des bactéries pouvant être utilisée à la ferme et qui permet de rationaliser l’usage des antibiotiques.

La mammite est la maladie la plus coûteuse parmi les maladies des vaches laitières. Les profits perdus sont donc substantiels au cours d’une année. Ils résultent principalement du rejet de lait causé par la présence d’antibiotiques et par son apparence anormale. Et s’il existait un moyen de réduire ce coût?

La désinfection des trayons, c’est bien plus qu’une petite trempette!

Avec la venue de l’hiver, la température sera bientôt« frisquette » dans les étables canadiennes. Malgré cela, il ne faut pas priver les trayons de faire trempette si on veut continuer de contrôler la mammite dans les troupeaux. L’important est d’appliquer la bonne technique, de penser à choisir un produit avec émollient pour prévenir gerçures et crevasses et surtout de ne pas laisser le contenant de désinfectant sous le point de congélation!

Pour vous aider à pratiquer dans les règles de l’art le bichonnage quotidien des trayons, le RCRMB n’a pu résister à la tentation de vous offrir une nouvelle fiche pratique intitulée : La désinfection des trayons en prétraite et en post-traite.
Consultez-la et affichez-la ! Et ce, en toute saison...

Les conférences du RCRMB sur la mammite : De nouvelles solutions… à un vieux problème

Trois chercheurs du RCRMB ont présenté leurs récents résultats de recherche à un auditoire d’environ 70 producteurs laitiers et intervenants principalement de l’Ontario lors de conférences tenues à Mississauga le 10 novembre dernier. Voici un avant-goût de leurs présentations…

Dr Trevor DeVries (Université de Guelph) a déboulonné en partie le mythe que garder les vaches debout le plus longtemps possible après la traite prévient les infections du pis.
Dr Greg Keefe (Université de l’Île-du-Prince-Édouard) a, quant à lui, fait la démonstration d’une technique simple qui permet d’identifier les types de bactéries qui causent la mammite sans laboratoire et en 24 heures chrono!
 
Dr Simon Dufour (Université de Montréal) a fait valoir, à l’aide d’images saisissantes, que le port des gants et leur désinfection réduit de façon spectaculaire les bactéries potentiellement transmises lors de la traite.

Toute l’équipe du Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine tient à vous transmettre ses meilleurs vœux pour Noël et la Nouvelle Année.

Au plaisir de vous compter parmi les fidèles lecteurs du Flash-mammite en 2011!
Nos bureaux seront fermés du 24 décembre 2010 au 4 janvier 2011 inclusivement.

 

Une trousse pour l'identification des bactéries à la ferme est disponible à Maritimes Quality Milk