Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Notre recherche  I  Nos résultats

Être ou ne pas être... une infection

Signe Andersen, étudiante au doctorat à l’University of Prince Edward Island, a entrepris le projet de préciser la définition d’une infection du pis. Pour une bactérie donnée, elle aimerait être capable de statuer sur la présence ou non d’une infection dans un quartier à partir d’un SEUL échantillon de lait. Si elle pouvait conclure à une telle définition, scientifique et justifiée, ce serait un grand pas pour les chercheurs œuvrant dans le domaine de la mammite.
 
Pour ce faire, Signe a utilisé différentes cartes indiquant des niveaux de comptage de cellules somatiques, la bactérie isolée et le nombre de colonies dénombré sur une plaque de culture. À l’aide de ces informations, des experts en la matière devaient décider s’il y avait présence ou non d’une infection. À partir de l’analyse des réponses obtenues lors de plusieurs séances et à des moments différents, elle a finalement déterminé deux critères qui composeront une nouvelle définition d’une infection d’un quartier.
 
Cette définition qu’elle nomme « pseudo -gold standard », est actuellement mise à l’épreuve en utilisant les échantillons de lait récoltés en 2007 auprès de la Cohorte nationale des fermes laitières du Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine. Elle comparera également la valeur d’un échantillon en duplicata et triplicata à celle d’un échantillon unique.
 
Bien que loin du plancher des vaches, cette recherche pourrait être fort utile pour les laboratoires de diagnostic mais surtout pour la communauté scientifique afin d’harmoniser les recherches sur la mammite et d’être capable de comparer des pommes avec des pommes!




Section réservée
Base Cohorte