Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Nos publications  I  Capsules mammite 

4. En quoi la mammite influence-t-elle la reproduction?

 On en apprend davantage chaque année au sujet de l’influence de différentes maladies sur le rendement global des vaches. Des études sur le terrain de grande envergure portant sur un grand nombre de vaches permettent souvent d’isoler certains éléments d’intérêt ou d’établir de nouvelles corrélations, tandis que des expériences portant sur un petit nombre de sujets permettent d’approfondir les détails de telles corrélations. L’association entre la mammite et la reproduction en est un bon exemple. Pour vraiment faire le tour de la question, il faut probablement parler de l’association entre l’acétonémie, la mammite et la reproduction!
 
Il est apparu évident que les vaches souffrant d’acétonémie sont plus susceptibles d’avoir la mammite. Pourquoi? Parce que tous ces corps cétoniques présents dans le sang de la vache atteinte diminuent la capacité des leucocytes à lutter contre les infections. Il s’agit d’une interaction complexe relative à la façon dont les leucocytes migrent de la circulation sanguine vers les tissus où se trouve l’infection. Si la vache doit lutter contre une infection du pis (ou d’une autre région comme l’utérus), elle a davantage de chance de surmonter l’infection si elle n’est pas acétonémique.
 
Il doit bien se passer quelque chose!
Quant à la mammite et la reproduction, il est plus facile de comprendre la cause de l’association en examinant un cas de mammite clinique, puisque l’inflammation est habituellement plus prononcée. Toutefois, l’influence est également présente dans un cas de mammite subclinique (CCS élevé = inflammation). Il a été démontré que chez les vaches souffrant de mammite durant le début de la lactation, l’intervalle vêlage-première saillie et l’intervalle vêlage-conception sont plus longs, comparativement aux vaches non infectées. De plus, le nombre de saillies par conception et l’intervalle vêlage-conception peuvent augmenter chez les vaches ayant présenté un épisode de mammite entre la première saillie et le diagnostic de gestation. Il convient de noter que ces différences ont été observées principalement dans des troupeaux dotés de programmes de reproduction très bien structurés. Les différences dont on parle ici sont l’augmentation du nombre de jours ouverts au-dessus de la norme de 85, l’augmentation du nombre de saillies par conception au-dessus de 1,6-2,0 et l’augmentation du nombre de jours à la première saillie au-dessus de 68. Tout de même, il doit bien se passer quelque chose!
 
Pour comprendre ce qui se passe, il ne faut pas perdre de vue que la mammite est une infection et qu’elle cause une inflammation. L’inflammation est une bonne chose car cela signifie que l’organisme de la vache a décelé l’infection et qu’elle cherche à la combattre. Toutefois, dans un processus inflammatoire normal, des médiateurs chimiques et des hormones sont libérés et ont chacun un rôle précis à jouer. Les prostaglandines sont une des principales substances libérées. Et elles seraient l’une des principales causes de la piètre reproduction en présence de mammite. Vous n’injecteriez pas de prostaglandines à une vache tout juste après une saillie n’est-ce pas? De courtes études portant sur des cas où la mammite a été provoquée à des fins d’expérience ont démontré que les prostaglandines atteignaient des niveaux élevés. On a également observé des changements dans les concentrations d’autres hormones et de substances chimiques qui sont souvent utilisées pour synchroniser les vaches ou qui sont des indicateurs de stress.
 
La survenue de plusieurs maladies n’est souvent pas un simple événement isolé. La présence de certaines maladies a souvent une valeur prédictive à l’égard de problèmes sous-jacents et de problèmes à venir. Préserver la santé des vaches au début de la lactation peut avoir des retombées sur ce qui va arriver quand vient le temps de saillir les vaches.
 
Source : Dr Randy T. Dingwell, DVM, DVSc., Holdrege Veterinary Clinic, Holdrege, Loomis, Nebraska.




Section réservée
Base Cohorte