Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Nos publications  I  Capsules mammite 

14. La recherche sur la mammite en 8 questions

 La mammite affecte à divers degrés tous les troupeaux laitiers du monde et ceux du Canada n’y échappent pas! On estime à 400 millions les pertes économiques annuelles pour les producteurs laitiers d’ici. Voilà pourquoi le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine a été créé en 2001 par le soutien, sans équivoque, de l’industrie laitière canadienne. La plus grande force du Réseau est le partenariat entre les organismes gouvernementaux, les organisations laitières canadiennes et les institutions de recherche.
 
Pour que la recherche reflète bien la situation réelle dans nos troupeaux laitiers, le Réseau a fait appel aux personnes les plus concernées par la mammite : les producteurs eux-mêmes! Ainsi, 91 fermes réparties dans six provinces canadiennes ont été recrutées. On parle ici de près de 9 000 vaches! Après deux ans de récolte assidue, c’est plus ou moins 137 000 échantillons de lait et une quantité incalculable de données portant sur les fermes, les vaches et les bactéries qui auront été consignés dans la banque de données universelle du Réseau.
 
Le Réseau soutient actuellement une dizaine de projets en quête de diverses solutions à la mammite. Le but ultime est d’offrir aux producteurs un éventail de moyens pour mieux prévenir et contrôler la mammite sur leur ferme. Voici quelques questions auxquelles nos chercheurs tentent de répondre à travers la recherche :
 
1. Y a-t-il des vaches plus résistantes que d’autres à la mammite?
Les vaches ne réagissent pas toutes de la même façon lorsqu’elles sont infectées par une bactérie de la mammite. Certaines ont un système immunitaire qui répond fortement et d’autres moins. Nos recherches visent à identifier les gènes qui contrôlent ces réponses fortes ou faibles du système immunitaire des vaches à la présence d’une infection. Cela permettrait de faire la sélection génétique des vaches plus résistantes à la mammite et d’améliorer leur santé en général.
 
2. Comment protéger ma vache contre les nouvelles infections du pis?
Pour prévenir la mammite, il faut d’abord réduire le nombre de nouvelles infections dans un troupeau. Grâce aux données recueillies dans les fermes, nous travaillons à identifier les pratiques de gestion associées à un nombre élevé de nouvelles infections. Les connaissances acquises dans ce projet guideront les producteurs laitiers et leurs conseillers vers une meilleure adoption de certaines stratégies ou pratiques de gestion.
 
3. Pourquoi certaines mammites sont graves et d’autres moins?
La bactérie Staphylococcus aureus est parfois la cause de mammites chroniques sans symptômes apparents et d’autres fois de mammites très sévères. On attribue ces dernières à la présence de gènes de virulence chez la bactérie S. aureus. L’identification de ces gènes pourrait servir au développement d’un test diagnostique qui distinguerait les cas de mammite chronique des cas sévères. Ainsi, on pourrait mieux cibler nos interventions en réaction à une mammite causée par S. aureus.
 
4. Ma vache a-t-elle des moyens de défense naturelle?
Les vaches produisent naturellement une protéine appelée CD14. Celle-ci neutralise l’effet toxique des coliformes qui causent la mammite. Nos recherches vérifient l’hypothèse que les vaches avec une plus grande concentration de ce CD14 seraient moins susceptibles de manifester une mammite clinique à coliformes sévère, et que la hausse de CD14 chez la vache pourrait être obtenue par la sélection génétique. On pense peut-être aussi à l’utiliser comme traitement.
 
5. L’usage d’antibiotiques pour le traitement de la mammite cause-t-il de la résistance chez les bactéries?
Au Canada, le traitement de la mammite compte pour plus de la moitié de tous les antibiotiques utilisés par les producteurs laitiers. C’est pourquoi ils s’inquiètent de l’apparition éventuelle d’une résistance des bactéries face aux antibiotiques utilisés. Les résultats de nos recherches détermineront si cette inquiétude est fondée ou non.
 
6. Comment savoir s’il faut traiter un cas de mammite ou non?
Certaines bactéries qui causent la mammite répondent mieux aux antibiotiques que d’autres. Ainsi, il n’est pas justifié de traiter tous les cas. Nous évaluons des méthodes rapides d’identification des bactéries qui permettra de décider de la pertinence du traitement, dans un cas donné. On souhaite, de cette manière, diminuer l’utilisation des antibiotiques lorsque cela n’est pas nécessaire, tout en maintenant la santé de nos vaches.
 
7. Peut-on améliorer les vaccins actuels contre la mammite à coliformes?
Les producteurs ont accès à des vaccins commerciaux contre la mammite à coliformes. Ces derniers peuvent s’avérer contraignants puisqu’ils nécessitent plusieurs doses de rappel. Nos chercheurs utilisent une nouvelle technologie qui assurerait l’efficacité du vaccin tout en éliminant la nécessité de réinjecter les vaches à plusieurs reprises. Une économie de coûts et d’énergie tout à la fois.
 
8. Peut-on espérer un vaccin contre la mammite à Staphylococcus aureus?
Les chercheurs explorent différentes avenues pour trouver les bons ingrédients et la bonne recette pour créer un vaccin efficace contre S. aureus. Ils évaluent également une nouvelle méthode pour administrer le vaccin sans aiguille. Cependant, même si les résultats démontrent actuellement un grand potentiel, ils requièrent encore un développement colossal avant d’être mis en marché.




Section réservée
Base Cohorte