Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Tout sur la mammite I Gestion / Prévention

 1er cas I 2e cas I Biosécurité et achat de vaches I Pratiques de biosécurité

Principes de biosécurité appliqués pour la santé du pis

Réfléchissez à la dernière fois que vous avez acheté une automobile ou un camion, particulièrement un véhicule d’occasion. Lors de votre magasinage, vous aviez une idée du modèle et de l’année du véhicule, de certaines caractéristiques (force du moteur, transmission, groupe motopropulseur), du kilométrage du véhicule et de la gamme de prix. Vous avez peut-être rencontré un concessionnaire de voitures d’occasion ou un particulier, vous avez fait des téléphones et vous êtes allé voir des véhicules chez des particuliers et des parcs d’automobiles.

Les premières impressions sont très importantes mais vous ne vous êtes pas arrêté là, vous avez vérifié : les pneus, la conduite, l’intérieur, le moteur, les fuites d’huile, l’usure des pneus, la roue de secours, sous le véhicule et vous avez peut-être demandé les informations sur les réparations mécaniques effectuées. Il est possible que vous ayez fait inspecter le véhicule par votre mécanicien. Vous avez fait un essai routier à quelques reprises avant de finalement verser l’argent pour l’achat du véhicule. Vous prévoyez que votre nouveau véhicule sera fiable, sécuritaire et performant. Étant donné que vous avez pris le temps de magasiner, vous avez de bonnes chances de vous retrouver avec un véhicule qui rencontre vos attentes.
 
Maintenant, réfléchissez à la dernière fois que vous avez acheté des vaches ou des taures à titre de sujets de remplacement ou d’ajouts. Les vaches sont généralement achetées par l’intermédiaire d’encans d’animaux ou par des courtiers d’animaux. Souvent, l’acheteur n’est pas renseigné sur l’historique de la vache ou de la taure ainsi que de la ferme d’où elle provient. Même si la ferme est identifiée, peu d’efforts sont effectués afin de savoir pourquoi l’animal est vendu et l’état de santé du troupeau de la ferme d’origine. Vous la voyez, vous l’achetez et vous l’amenez à la maison. Vous pensez que votre nouvelle vache ou taure sera satisfaisante et performera selon vos attentes. Mais comme vous connaissez si peu de choses sur les antécédents de cet animal, vous serez chanceux si elle rencontre vos attentes et qu’elle n’apporte pas son lot de problèmes de santé dans votre troupeau.

1er cas : L'expansion rapide du troupeau

Jane et John se sont réveillés par une belle journée d’été et c’est en regardant leur troupeau de 300 vaches et leur trois fils revenus du collège, qu’ils constatèrent que la ferme était trop petite pour l’ensemble de la famille. La semaine suivante, ils discutaient avec leur banquier au sujet de l’expansion de l’entreprise à 1200 vaches en lactation. Ils étaient, douze mois plus tard, dans de nouvelles installations et ils attendaient l’arrivée de nouvelles vaches. Ils ont acheté trois troupeaux dans le voisinage et ils ont travaillé avec un commerçant d’animaux afin d’acheter 600 vaches supplémentaires provenant de diverses sources. L’optimisme de l’expansion disparu lorsque le second groupe de vaches arriva, apportant la pneumonie. La pneumonie se propageait alors que de nouveaux animaux arrivaient. Suite aux maladies respiratoires, 15 % des vaches sont mortes ou ont été éliminées. L’épidémie de pneumonie s’apaisa et les animaux ont été déplacés dans les nouvelles installations. C’est alors que les vrais problèmes ont commencé. Même s’ils avaient embauché et formé de nouveaux vachers, la supervision de l’équipe n’était pas tout à fait à la hauteur de la tâche. Les procédures pour les heures de traite ne furent pas respectées et le comptage des cellules somatiques du réservoir de lait augmenta ainsi que les cas de mammites cliniques. Une culture du réservoir de lait révéla la présence de mycoplasmes. Dû à la mammite, 200 vaches furent éliminées. Dans tout le processus de planification vers l’expansion, la biosécurité fut oubliée.

2e cas : Achetez-les et expédiez-les
 
Rick a toujours aimé acheter et vendre des vaches. Lorsque son père dirigeait la ferme, le troupeau était fermé, à l’exception d’achats occasionnels chez un voisin ou un ami. Rick a conservé presque la même politique. Durant la dernière année, il acheta quelques animaux lors d’encans. Il disait avoir un bon œil pour repérer le bétail et les aubaines. À la ferme, les mêmes procédures de traite sont appliquées depuis 10 ans mais le comptage des cellules somatiques (CCS) est à la hausse. Le nombre de vaches ayant un comptage chronique élevé des cellules somatiques a augmenté. Le vétérinaire de Rick a fait une culture pour la plupart des vaches ayant un haut CCS. Il a remarqué une prévalence élevée pour Staphylococcus aureus. Les deux dernières vaches achetées par Rick étaient sur la liste des vaches avec un CCS élevé.
 
La biosécurité et l’achat de vaches
 
Il existe plusieurs raisons pour acheter des vaches. Il est nécessaire d’en acheter afin d’agrandir le troupeau et parfois, les protocoles de réforme nécessitent que de nouveaux animaux soient introduits dans le troupeau afin de maintenir le nombre de vaches. Mais, attention les acheteurs ! Les gens ne vendent pas leurs meilleures vaches et, le succès n’est pas une cause de dispersion d’un troupeau. Le stress associé au transport et à un nouvel environnement fait en sorte que les nouvelles venues dans votre troupeau sont susceptibles de propager des pathogènes et d’être malades. Vous devez protéger votre investissement tant au niveau des vaches qu’au niveau de votre entreprise. Il est donc de première importance de maintenir la santé du pis de votre troupeau en développant un protocole rigoureux de biosécurité sur votre ferme.
 
Pratiques de biosécurité pour la santé de la glande mammaire
 
Connaître la ferme d’origine
Demandez une culture bactériologique du réservoir de lait de la ferme d’origine – Vous désirez prévenir l’introduction d’agents pathogènes causant la mammite comme Streptococcus agalactiae, Staphylococcus aureus, Corynebacterium bovis et Mycoplasma sp. Une culture du réservoir de lait devrait faire partie de votre examen avant l’achat, afin de dépister ces pathogènes;
  • Demandez à consulter les données des 6 à 12 derniers mois pour le CCS – Ces données vous donneront un aperçu des tendances récentes du programme de santé de la glande mammaire de ce troupeau. Des tendances élevées pour les niveaux de cellules somatiques et également des niveaux de CCS qui sont supérieurs à vos normes devraient vous envoyer un signal d’alerte;
  • Demandez à consulter le comptage bactériologique du réservoir des 6 à 12 derniers mois – Bien que ces données ne peuvent être liées nécessairement à la santé du pis, elles reflètent le niveau de régie. Là encore, les tendances élevées ou les comptages bactériologiques qui sont supérieurs à vos normes actuelles peuvent suggérer qu’il est préférable de chercher ailleurs pour de nouvelles acquisitions;
  • Demandez à voir les données des 6 à 12 derniers mois pour les mammites cliniques – Cette information vous permettra d’évaluer les incidences de cas de mammites cliniques dans le troupeau et vous donnera une perspective différente du CCS, sur la santé du pis dans le troupeau. Les incidences de mammites cliniques qui sont supérieures à celles de votre troupeau suggèrent à nouveau que le niveau de régie ne rencontre pas vos attentes.
Connaissez les vaches
Si vous achetez des animaux seuls ou en petits groupes, il est important de suivre des procédures précédent l’achat.
  • Demandez le CCS et l’historique des cas de mammites cliniques pour chaque vache que vous prévoyez acheter. Les vaches ayant un CCS élevé ou un antécédent d’incidence de mammites cliniques chroniques ou répétitives devraient être rejetées;
  • Demandez les résultats d’échantillons de lait prélevés des quartiers de chaque vache. Ceci est simple, relativement peu coûteux et vaut bien l’investissement du temps et de l’argent. Rejetez les vaches qui démontrent des infections bactériennes;
  • Procédez à un examen physique de toutes les vaches qui seront achetées. Ceci inclut un examen approfondi de la glande mammaire, de la qualité du lait et des trayons. Rejetez les vaches qui ne rencontrent pas vos normes pour la conformation.
Protégez votre troupeau
Bien que la façon idéale est d’avoir des pratiques de sélection avant l’achat, afin de rejeter les animaux ou les groupes d’animaux qui ne rencontrent pas vos normes, la réalité est que de nombreux animaux sont achetés sans aucune connaissance de l’historique sur l’état de santé ainsi que de la ferme d’où ils proviennent. Cela signifie que chaque animal acheté représente une menace pour la santé de votre troupeau. Même si vous choisissez des animaux pré-sélectionnés, vous devez toujours traiter ces animaux comme un risque potentiel pour votre troupeau. La biosécurité à la ferme est une combinaison de techniques de régie et de gestion des installations.
 
Les animaux nouvellement achetés devraient être logés dans des installations séparées ou isolées du troupeau. Il s’agit-là d’une bonne pratique générale de biosécurité et vous aidera à gérer séparément ce groupe en lactation. La durée de cette quarantaine dépend de vos objectifs, mais il est préférable d’en discuter avec votre vétérinaire;
  • Prélevez et procédez à la culture des échantillons de lait provenant des quartiers afin de vérifier les infections. Si les vaches sont infectées, consultez votre vétérinaire pour les options de régie et de traitements;
  • Supposez que chaque vache achetée a récemment été traitée avec des antibiotiques. Même si ceci n’est pas problématique pour la santé, cela affecte la qualité du lait, ce qui pose une menace pour votre mise en marché. Vérifiez le lait des vaches achetées, pour la présence d’antibiotiques, avant d’ajouter ce lait dans votre réservoir;
  • Trayiez en dernier toutes les vaches achetées ou utilisez un équipement de traite différent. Ceci devrait être une procédure de routine jusqu’à ce que vous et votre vétérinaire reconnaissiez le bon bilan de santé de ces nouvelles vaches.

L’élaboration et le respect de pratiques de biosécurité requièrent du temps et de la planification, mais ce qu’il en coûterait à l’entreprise agricole pour ne pas avoir mis en place ces pratiques pourrait être considérable. Si vous prévoyez que l’achat de vaches et de taures serait bénéfique et non dommageable pour votre troupeau, les efforts apportés avant un achat en vaudront la peine. Il est aussi important de se rappeler que le fait de développer des protocoles de biosécurité diminue le risque d’introduction de maladies dans votre troupeau mais il n’est pas garanti qu’ils préviennent complètement l’introduction de maladies dans votre troupeau. Faire le suivi du CCS et des bactéries dans le réservoir, le CCS de vaches individuelles et les taux de mammites cliniques sont des tâches courantes et essentielles afin de maintenir au plus haut niveau la santé du troupeau et la qualité du lait.

 
Traduit de : Biosecurity Principles as Applied to Udder Health Source : William M. Sischo, Pennsylvania State University, Pennsylvania. Présenté à la rencontre annuelle 1997 du National Mastitis Council et publié dans le cahier des conférences, p. 124. Source: www.nmconline.org Traduit par le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine – www.reseaumammite.org
 




Section réservée
Base Cohorte