Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Tout sur la mammite I Gestion / Prévention

Populations de bactéries I Changements dans le canal I Mécanismes de résistance I Avantages du traitement
 
Facteurs de risque associés à la mammite au tarissement
 
La glande mammaire est particulièrement susceptible à de nouvelles infections au début de la période de tarissement et à l’approche du vêlage. L’incidence accrue d’infections durant la période de tarissement entraîne un nombre élevé de quartiers infectés au vêlage et est responsable d’un plus grand nombre d’infections intramammaires durant la lactation dans plusieurs troupeaux. Sans le traitement au tarissement, approximativement 8 à 12 % des quartiers, chez des troupeaux présentant des taux moyens d’infection, deviendront infectés durant la période de tarissement. De telles infections sont à l’origine d’inflammation et affectent la différenciation cellulaire de la glande mammaire avant le vêlage, ce qui cause une diminution de la production laitière durant la lactation.
 
Plusieurs facteurs de risque contribuent à faire varier la susceptibilité à de nouvelles infections intramammaires durant le tarissement. Ces facteurs comprennent :

Les populations de bactéries qui vivent sur l’extrémité du trayon

L’arrêt des pratiques d’hygiène de traite, comme le trempage des trayons, permet aux bactéries qui sont présentes sur la surface des trayons de se multiplier. Dès le début du tarissement, la bactérie Staphylococcus aureus et le nombre de streptocoques environnementaux présents sur les trayons sont élevés. Quant aux coliformes, ils sont davantage présents sur les trayons tard au cours du tarissement ainsi qu’au vêlage. 

Changements dans le canal du trayon
 
Des études démontrent que le canal du trayon est plus facilement pénétré par les bactéries au début de la période de tarissement. De façon similaire, l’enflure de la glande mammaire, l’augmentation du volume de sécrétion et l’écoulement de colostrum contribuent au risque élevé d’une nouvelle infection durant la période pré-vêlage.

Mécanismes de résistance de la glande mammaire

Tout au long de la période de tarissement, il y a des changements marqués dans la composition des sécrétions de la glande mammaire. On note une augmentation de la concentration des facteurs de défense du système immunitaire comme les leucocytes, les immunoglobulines et la lactoferrine. Ces changements influencent la variation de la susceptibilité envers les agents pathogènes environnementaux et contagieux. Lorsque l’involution de la glande est complète, la résistance à de nouvelles infections intramammaires est élevée.

Inversement, le taux de nouvelles infections vers le milieu de la période de tarissement est faible. La résistance de la glande mammaire durant cette période est attribuable à :

  1. la formation d’un bouchon de kératine dans le canal du trayon, ce qui empêche les pathogènes causant la mammite d’entrer;
  2. les antibactériens comme la lactoferrine et les immunoglobulines sont présents dans la glande et procurent une protection contre l’invasion d’agents pathogènes.
La susceptibilité pour de nouvelles infections augmente à l’approche du vêlage. Ceci peut être dû à :
  1. un plus grand volume de sécrétion et la dilatation du canal du trayon;
  2. une plus faible concentration de la lactoferrine;
  3. le nombre moins élevé de leucocytes et une réduction de la capacité phagocytaire;
  4. l’utilisation des composantes du lait pour la croissance bactérienne.

Même s’il n’est pas efficace contre toutes les espèces de bactéries, le traitement des vaches au tarissement avec des antibiotiques est la méthode la plus efficace afin de réduire le taux de nouvelles infections intramammaires dès le commencement du tarissement. Le traitement aux antibiotiques, lors du tarissement, ne prévient toutefois pas les infections au vêlage d’où l’importance d’un environnement propre et sec afin de réduire les infections à ce moment.

 Avantages du traitement au tarissement

Le moment le plus efficace pour traiter les infections subcliniques de la glande mammaire est lors du tarissement. Le traitement au tarissement procure les avantages suivants comparativement au traitement durant la lactation : 
  • La guérison est plus élevée que celle obtenue par le traitement durant la lactation, particulièrement pour Staphylococcus aureus;
  • Une dose plus élevée d’antibiotiques peut être utilisée de façon sécuritaire;
  • Le temps de rétention de l’antibiotique dans la glande est plus long;
  • Les tissus endommagés par la mammite peuvent se régénérer avant le vêlage;
  • Le risque de contamination du lait par des résidus d’antibiotiques est réduit lorsque la période de retrait, suivant le vêlage, est correctement respectée.
Traduit et adapté de : NMC Factsheet “Dry Cow Therapy” (2006), NMC Newsletter "Udder Topics", June-July 2002 et National Mastitis Council Regional Meeting Proceedings (1999) pg. 35. Source :www.nmconline.org . Traduit par le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine : www.reseaumammite.org

 





Section réservée
Base Cohorte