Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Tout sur la mammite I Méthodes de traite

Environnement propre et exempt de stress I Vérifier le premier lait et le pis I Laver les trayons I  Assécher les trayons I Poser la trayeuse I Ajuster la trayeuse I Fermer le vide I Faites tremper les trayons

Techniques de traite recommandées par le NMC

Des techniques de traite convenables, une attitude positive et un environnement propre sont des éléments essentiels pour réduire les risques de mammite et maximiser la production d’un lait de qualité. La traite devrait être confiée à des gens responsables, consciencieux et bien formés.

Fournir aux vaches un environnement propre et exempt de stress

Il est essentiel de compter sur une routine uniforme pour amener les vaches à la traite. Les vaches apeurées ou énervées avant la traite pourraient ne pas avoir un réflexe normal d’éjection du lait en dépit d’une routine de préparation efficace. Les hormones sécrétées dans le sang en raison du stress peuvent entraver la descente normale du lait. Un contexte de traite qui est une source de stress chronique pour les vaches peut les prédisposer à un plus grand risque de mammite.

La tonte du pis réduit la quantité de saleté et de fumier qui peut adhérer au pis et risquer de contaminer le lait. De longs poils garnissant le pis sont difficiles à nettoyer et à sécher. Traire des trayons humides ou sales accroît le risque de comptes bactériens élevés du lait ainsi que la probabilité d’une nouvelle infection intramammaire.

Avant d’amorcer la traite, se laver les mains à l’eau et au savon et les sécher. Si les mains sont salies pendant la traite, les laver et les sécher à nouveau. Des mains propres, sèches et saines réduisent le risque de propagation d’organismes causant la mammite d’une vache à l’autre.
 
Vérifier le premier lait et le pis afin de repérer les signes de mammite

On peut déceler la présence d’une mammite en examinant physiquement le pis avec la main et en recueillant le premier lait dans un tasse filtre afin de l’examiner avant chaque traite. L’utilisation appropriée d’une tasse filtre pour le premier lait peut se révéler d’une aide fort utile pour la détection des symptômes de la mammite, qui comprennent notamment la présence de grumeaux ou de filaments dans le lait ou une allure aqueuse. Cette observation devrait être faite pour chaque quartier de chaque vache lors de chaque traite. Étant donné que les organismes pourraient se propager par l’utilisation de récipients contaminés pour recueillir le premier lait, les récipients doivent être nettoyés et désinfectés après chaque traite. Une pratique assez courante dans les salles de traite consiste à tirer le premier lait directement au sol, suivi d’un arrosage immédiat du plancher. Il ne faut jamais tirer le premier lait dans la main car une telle pratique favoriserait la propagation des organismes d’un trayon à l’autre et d’une vache à l’autre.
 
Laver les trayons avec une solution de lavage du pis ou faire tremper les trayons dans une solution contenant un produit efficace

Dans les salles de traite, il est courant de se servir d’un tuyau d’arrosage (pour asperger la solution désinfectante) et des mains pour enlever les débris des trayons. Il ne faut alors laver que les trayons car mouiller l’ensemble du pis rend le séchage difficile avant la pose de la trayeuse. Traire des vaches dont le pis et les trayons sont humides peut accroître le risque de mammite et entraîner une hausse des comptes bactériens dans le réservoir à lait.

Si un enclos d’arrosage est utilisé, s’assurer que tous les gicleurs fonctionnent bien et sont réglés correctement. Ajustez le temps d’arrosage à la quantité de saleté et de fumier à retirer du pis des vaches. Un temps d’égouttage suffisant est essentiel avant l’entrée dans la salle de traite. Une fois les vaches dans la salle de traite, il faut utiliser des serviettes de papier individuelles pour terminer le séchage du pis et des trayons. Cette pratique va contribuer à réduire le risque de nouvelles infections, stimuler le réflexe d’éjection du lait et améliorer la qualité du lait. Pour les rares cas de vaches nécessitant un lavage supplémentaire, utiliser un tuyau d’arrosage à main, mais restreindre le lavage aux trayons seulement.

Dans les étables à stabulation entravée, il est souvent nécessaire d’utiliser une solution de lavage dans un seau et des serviettes de papier individuelles pour préparer les trayons en vue de la traite. Il est grandement préférable de recourir aux serviettes de papier individuelles car les éponges et les chiffons ordinaires permettent le transfert d’organismes causant la mammite à des quartiers et des vaches non infectés.
 
Les producteurs qui ont une salle de traite ou une étable à stabulation entravée peuvent opter pour le prétrempage au lieu du lavage lors de la préparation des vaches à la traite. Le prétrempage est le plus efficace lorsque les trayons sont relativement propres. Les trayons doivent être immergés dans la solution désinfectante sur toute leur longueur. La solution de prétrempage doit demeurer en contact avec les trayons pendant 30 secondes et ensuite être soigneusement essuyée avant la pose de la trayeuse.

Assécher les trayons complètement avec une serviette individuelle

Indépendamment du mode de préparation adopté, les trayons doivent être secs. Asséchez-les avec une serviette de papier jetable. Certains producteurs utilisent des chiffons de tissu individuels au lieu des serviettes de papier. Il faut utiliser un chiffon distinct pour chaque vache et les chiffons doivent être lavés, désinfectés et séchés après chaque séance de traite. Laver les trayons sans les assécher convenablement laisse de nombreux organismes sur les trayons. Durant la traite, l’eau contenant des organismes causant la mammite peut dégoutter le long des trayons et être aspirée dans les manchons-trayeurs, exposant l’extrémité des trayons aux bactéries. La traite humide augmente le risque de mammite et réduit la qualité du lait.
 
Poser la trayeuse dans les deux minutes suivant le début de la stimulation

La trayeuse devrait être mise en place le plus rapidement possible après le déclenchement du réflexe d’éjection du lait. La pose doit se fait en douceur afin d’éviter l’admission d’un excès d’air dans le système de traite. La descente du lait entraîne une pression maximale du pis environ une minute après le début de la première stimulation, pression qui est maintenue pendant environ dix minutes. Chez la plupart des vaches, la traite complète prend entre cinq et dix minutes. Par conséquent, poser la trayeuse dans les deux minutes suivant le début de la stimulation permet de maximiser le rendement obtenu grâce au réflexe d’éjection du lait. La séquence de préparation du pis et de pose de la trayeuse devrait être uniforme de manière à pouvoir poser la trayeuse dans les deux minutes suivant le début de la stimulation du pis. À des fins de comparaison, les producteurs peuvent consulter le tableau suivant pour évaluer leur propre exploitation :

Production
(livres par jour)
Prévision du temps de traite moyen (minutes/traite)
 
2X jour
3X jour
50
6.5
5.6
75
8.0
6.5
100
9.4
7.5

D'après : National Mastitis Council Annual Meeting Proceedings, Stewart et. al., 1993

Ajuster la trayeuse au besoin pour obtenir un bon positionnement

Observer les trayeuses fixées au pis des vaches afin d’assurer un bon positionnement et éviter le glissement des manchons-trayeurs. Une position trop élevée des gobelets-trayeurs par rapport aux trayons peut provoquer une irritation de la paroi des trayons. Une trayeuse mal positionnée peut entraver l’écoulement du lait et accroître la quantité de lait laissée dans le pis à la fin de la traite. Le principal problème concerne le glissement ou le sifflement des manchons-trayeurs. Seulement le tiers des glissements est accompagné d’un sifflement audible. Ces cas peuvent entraîner une augmentation du nombre de quartiers infectés.
 
La majorité des nouvelles infections résultant du glissement des manchons-trayeurs surviennent vers la fin de la traite. Vers la fin de la traite, si un manchon-trayeur glisse et provoque l’ouverture du manchon, de petites gouttelettes de lait peuvent être projetées vers l’extrémité du trayon. Ces gouttelettes peuvent contenir des organismes causant la mammite qui peuvent alors pénétrer dans le pis. Comme l’écoulement de lait est faible vers la fin de la traite, il est moins probable que les organismes soient évacués du quartier et une infection peut survenir.
 
Fermer le vide avant le retrait de la trayeuse

La trayeuse devrait être enlevée dès que le dernier quartier est vide. Dans les salles de traite munies de mécanismes de dépose automatique, il faut veiller à leur bon réglage. Une durée de traite d’une minute ou deux de trop n’est pas une cause importante de mammite en soi. Toutefois, le risque de glissement des manchons-trayeurs et donc, de nouvelle infection, est beaucoup grand pendant la traite excessive. La façon de retirer les manchons-trayeurs compte habituellement davantage que le moment du retrait. Le vide doit toujours être fermé avant de retirer les manchons-trayeurs. Il faut éviter d’enlever la trayeuse pendant qu’elle est encore sous vide car cela peut entraîner le glissement d’un manchon qui peut devenir la source d’une nouvelle infection des autres quartiers. Les producteurs se demandent souvent quoi faire lorsqu’un quartier se vide plus rapidement que les autres. En général, si le manchon-trayeur demeure en position, il est préférable de le laisser en place car son retrait forcé créerait une situation similaire à la glissade d’un manchon-trayeur et au risque de nouvelle infection qui l’accompagne. Le retrait incorrect des trayeuses constitue une menace considérable à la santé du pis des vaches.

Après le retrait de la trayeuse, faire tremper immédiatement les trayons dans une solution contenant un produit efficace

Faire tremper au moins le tiers inférieur de chaque trayon dans une solution désinfectante commerciale après la traite. Un bain de trayons détruit les organismes à la surface des trayons, empêche les organismes de coloniser le canal du trayon et élimine les infections existantes du canal. Il existe plusieurs produits destinés au trempage des trayons. On sait que plusieurs produits commerciaux réduisent la fréquence de nouvelles infections de plus de 50 pour cent. Demandez au marchand les résultats d’études de recherche démontrant l’efficacité du produit.
 
Conserver les récipients utilisés pour le trempage des trayons dans des conditions de propreté et d’hygiène convenables. Ne jamais reverser le restant de la solution dans le contenant d’origine. Lorsque la solution de trempage devient trouble ou contaminée par de la litière ou du fumier, éliminer le la solution restante, nettoyer les récipients soigneusement et y verser une nouvelle solution. Continuer le trempage des trayons par temps froid. Toutefois, lorsque la température descend sous les -12 °C ou en cas d’important facteur de refroidissement éolien, laisser la solution de trempage demeurer en contact avec les trayons pendant au moins 30 secondes et ensuite essuyer l’excédent de solution à l’aide d’une serviette de papier jetable ou d’un chiffon.
La vaporisation des trayons peut être utilisée à la place du bain de trayons. Les résultats peuvent être acceptables si la vaporisation est effectuée à l’aide d’un dispositif adéquat qui assure une couverture suffisante des trayons. Avec la vaporisation, il arrive que la solution n’atteigne pas toute la surface des trayons.
 
D’autres facteurs de régie peuvent ajouter aux effets bénéfiques de l’adoption de bonnes techniques de traite. Ainsi, l’ordre dans lequel les vaches sont traites peut avoir un effet sur la réduction de la propagation de la mammite. En trayant d’abord les vaches en première lactation, suivies en deuxième des vaches en seconde lactation et plus présentant un faible compte de cellules somatiques, suivies en troisième des vaches présentant un compte élevé de cellules somatiques, pour ensuite finir avec les vaches atteintes de mammite clinique, on peut réduire le risque de propagation d’une vache à l’autre des organismes causant la mammite.
 
Les principes de bonne régie exigent que la personne chargée de la traite demeure constamment aux aguets afin de déceler toute condition pouvant favoriser la propagation d’une vache à l’autre des organismes causant la mammite. Corriger de telles conditions contribue à la production d’un lait de haute qualité tiré de pis en bonne santé.

 
Traduit de : NMC Recommended Milking Procedures. Source : www.nmconline.org Traduit par : le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine - www.reseaumammite.org.

 

 





Section réservée
Base Cohorte