Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Tout sur la mammite I Méthodes de traite

Effet des machines à traite sur la mammite

La traite à la machine, de même que les diverses pratiques qui y sont associées comme le lavage du pis ou des trayons, a des effets considérables sur l’étiologie, l’incidence et la progression de la mammite. Ces effets peuvent se manifester directement en faisant augmenter le taux de nouvelles infections ou indirectement, en faisant augmenter l’exposition aux bactéries ou en réduisant la résistance à la maladie.

La traite à la machine peut influer sur l’apparition et la gravité de la mammite de quatre façons importantes :

1. Facilite la transmission de bactéries pathogènes d’un quartier à l’autre ou d’une vache à l’autre lors de la traite
 
Le processus de traite fournit de multiples occasions de transmission des bactéries d’un quartier à l’autre ou d’une vache à l’autre. Une préparation incorrecte du pis, comme l’utilisation d’une même serviette pour plusieurs vaches ou encore l’omission d’assécher les trayons, augmente la contamination et la transmission des bactéries. Durant la traite, les fluctuations du vide dans la griffe provoque le passage du lait d’un manchon à l’autre. Si la vache qui est traite a un ou plusieurs quartiers infectés, ce processus transmet les bactéries pathogènes à la surface d’autres trayons. Une fois que la traite de la vache est terminée, les surfaces des manchons de la trayeuse sont contaminées par les bactéries venant du lait et de la surface des trayons de cette vache. Les bactéries sont transmises à la prochaine vache à laquelle la trayeuse est fixée.
 
2. Favorise la multiplication des bactéries à l’extrémité des trayons
 
Le principal facteur qui détermine le taux d’infection intramammaire est l’exposition de l’orifice et du canal du trayon aux organismes pathogènes. La traite à la machine joue un rôle à cet égard en modifiant les conditions régnant à l’extrémité du trayon de telle sorte que la colonisation bactérienne peut survenir plus facilement. Pour décrire ces conditions, on parle souvent d’éversion de l’orifice du trayon ou encore d’hyperkératose. La traite à la machine peut aussi mener à l’irritation des trayons et à la formation de lésions aux trayons et de vésicules hémorragiques à l’extrémité des trayons. De telles anomalies de la peau sont facilement colonisées par les bactéries pathogènes et peuvent mener à des infections intramammaires.
 
3. Accroît la pénétration des bactéries dans le canal du trayon
 
Le fonctionnement de la machine à traire peut provoquer la projection de bactéries de l’extérieur directement dans le sinus du trayon. Ce phénomène d’impact résulte des fluctuations du vide. Le glissement des manchons est une importante source de fluctuations du vide. Le phénomène d’impact est le seul mécanisme connu par lequel les fluctuations du vide peuvent accroître le taux d’infection en conditions expérimentales et sur le terrain.
 
4. Altère le trayon ou l’environnement intramammaire, favorisant l’infection bactérienne ou compromettant la réponse immunitaire
 
La traite à la machine peut causer un traumatisme au trayon, le rendant plus susceptible à la colonisation bactérienne et à l’infection. Un traumatisme aux muqueuses qui tapissent le sinus du trayon peut fournir un environnement favorisant la colonisation ou la multiplication bactérienne. La douleur locale peut entraîner une réponse neurohormonale qui supprime la fonction immunitaire et augmente le risque de maladie.
 
On s’interroge souvent sur la mesure dans laquelle la mammite peut être attribuable à la traite à la machine. Bien qu’il ait été démontré que la traite à la machine peut avoir des effets prononcés sur l’incidence de la mammite, son impact véritable demeure inconnu. Il y a une multitude d’interactions potentielles avec la saison de l’année, le climat, le milieu et la production laitière rendant l’impact exact de la traite à la machine sur l’incidence de la mammite difficile à déterminer.
 
Le contrôle de la mammite nécessite davantage qu’une trayeuse bien conçue; elle exige également des pratiques de régie permettant de garder les vaches propres et au sec, une bonne préparation du pis avant la traite et la désinfection des trayons après la traite. En combinant ces approches, il est possible de mener une traite efficace tout en réduisant au minimum les infections induites par le recours à la traite à la machine.
 
D’après : Machine Milking and Lactation, Insight Books, Huntington, VT (1992) p. 355-368. Source : www.nmconline.org Traduit par le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine – www.reseaumammite.org.

 





Section réservée
Base Cohorte