Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Notre recherche  I  Nos résultats

Un nouvel outil de diagnostic au service des producteurs

La mammite clinique est causée par plusieurs espèces de bactéries et certaines d’entre elles, comme Escherichia coli, répondent peu aux traitements antibiotiques. Dans une majorité de cas, les mammites à E. coli guérissent d’elles-mêmes. Mais comment les reconnaître pour éviter de traiter inutilement?
 
C’est sur cette question que s’est penchée l’équipe du Dr Greg Keefe de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. Avec la collaboration de 54 fermes de la Cohorte nationale des fermes laitières réparties dans six provinces, elle a validé un outil de diagnostic à la ferme qui permet l’identification rapide des bactéries.  Pour chaque cas de mammite, le producteur devait choisir au hasard entre la mise en culture du lait avec la trousse PetrifilmMC ou le traitement antibiotique.
 
Les résultats préliminaires de ces essais réalisés en 2008 montrent une diminution de près de 45 % de l’utilisation des antibiotiques pour les cas soumis à la culture bactérienne en comparaison du groupe traité immédiatement aux antibiotiques.  On remarque aussi que le lait de ces vaches a été vendu en moyenne 1,5 jour plus tôt que celui des vaches du groupe traité immédiatement.  L’étude indique aussi que les coûts engendrés par la trousse de culture du lait sont largement compensés par une réduction de l’usage des antibiotiques et le retour plus rapide du lait sur le marché.
 
L’équipe de recherche a aussi travaillé à la création d’une trousse de culture bactérienne qui est maintenant à la disposition des producteurs et médecins vétérinaires qui souhaitent s’en servir (www.milkquality.ca).
 

 





Section réservée
Base Cohorte