Site optimisé pour tous les navigateurs et Internet Explorer 8
Recherche   
Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine
 

Notre recherche  I  Nos résultats 

Un outil plus puissant pour démasquer les bactéries de la mammite

Pour déterminer la bactérie en cause dans un cas de mammite, on prélève un échantillon de lait et on le soumet à une culture bactérienne. Bien que simple et peu coûteux, ce test effectué en laboratoire a une sensibilité limitée. De plus, les résultats peuvent varier selon la qualité de l’échantillonnage et les conditions dans lesquelles l’échantillon a été transporté et entreposé.
 
L’avènement de la technique de PCR souffle un vent nouveau dans le diagnostic de la mammite au Canada. Cet outil de détection extrêmement puissant promet d’améliorer la détection des agents pathogènes qui causent la mammite. De plus, elle offre la possibilité de distinguer entre les différentes souches d’une même bactérie.
 
Trois tests PCR sont actuellement disponibles ou potentiellement disponibles aux producteurs laitiers canadiens. Pour l’instant, il existe un risque de mauvaise interprétation des résultats de ces tests puisque nous ne connaissons pas encore leur sensibilité (probabilité de faux négatifs), ni leur spécificité (probabilité de faux positifs). Ces informations sont absolument essentielles aux médecins vétérinaires et aux producteurs laitiers pour bien définir les actions à entreprendre suite à un diagnostic.
 
Le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine a initié un projet dont l’objectif est de déterminer la sensibilité et la spécificité des trois tests PCR sélectionnés. Le RCRMB dispose de 4 000 échantillons de lait recueillis dans le cadre de la Cohorte nationale des fermes laitières. Tous ces échantillons ont déjà été analysés par culture bactérienne et seront bientôt soumis aux trois tests PCR pour fin de comparaison.
 




Section réservée
Base Cohorte